Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 mai 2012 5 11 /05 /mai /2012 18:16

Tu n’es pas concentrée !

 Pardon monsieur.

Conjugue moi ce verbe au conditionnel présent !

 

Il tape sa main contre le tableau noir avec violence montrant le verbe se lever. Le conditionnel présent … Le seul temps que j’aime bien, tu parles d’une punition. Je me concentre et récite la conjugaison sans faute. Un peu déçu, il fait oui de la tête et continue son cours très intéressant sur les vêtements. Je regarde Emma, qui elle aussi a l’air de s’ennuyer. En même temps, ce vocabulaire nous le connaissons depuis toutes petites. Quand cette heure interminable prend fin, je sors en suivant Emma. Je sens une main sur mon épaule, me retourne et tombe nez à nez avec le brun. Il me sourit et me demande s’il peut me parler. Je lui réponds oui, puis il me prend la main et m’emmène dans un coin calme du bâtiment. Inutile de vous dire que je suis rouge pivoine et que mon cœur bat très vite. Je tremble même un peu :

« Qu’est-ce que tu voulais me dire ?

J'ai besoins de tes conseils.

A quel sujet ?

De dessin.

Mais on dessine tous. Pourquoi moi 

Tu es la seule qui fasse un style que j’aime beaucoup.

Je dessine des mangas, ce n’est pas le mieux.

Mais une technique que je n’arrive pas. Ca fait des mois que je m’entraine et je n’y arrive pas. Pourrais-tu m’apprendre ?

Si tu veux, mais à une condition.

Laquelle ?

Toi tu m’aides à m’améliorer dans les paysages. Je n’arrive pas bien les ombres, les reliefs.

Avec grand plaisir !

Super !

Ce soir chez moi après les cours?

D'accord, ça me va.

 

Nous prenons la direction de la cours, quand Ako-sensei arrivant en furie se dirige vers nous. Tous les élèves la craignent. D’après certains, elle aurait été championne du monde de boxe française, ça calme. De plus elle est large des épaules, très musclée et très grande. Moi qui trouvait mon père géant, il doit lui arriver à la poitrine pas plus. Elle nous emmène dans son bureau, dévalant le couloir si vite qu’Antonio et moi avons du mal à la suivre, sous les regards des autres qui s’écartent créant un chemin. A leur tête on pourrait croire qu’elle va nous tuer. Une fois dans son bureau nous nous asseyons face à elle. Elle nous dit qu’il y a un concoure de dessin dans un moi et qu’elle nous a choisi tous les six pour représenter le collège. Nous lui disons qu’il faut que l’on en parle aux autres avant de lui donner une réponse. Elle nous fait oui de la tête et nous dit de sortir presque en nous chassant.

 

Nous rejoignons les autres qui se trouvent sur «notre pelouse », assis comme sur mon dessin :

« Où étiez-vous ? Demande Marco qui sourit.

Ako-sensei nous a parlé. Répond Antonio

C'est vrai ça ? Demande Emma en souriant aussi.

Hai. (dans un sens c’est la vérité, non ?) D’ailleurs on a une nouvelle qui nous concerne nous six. Je dis en m’asseyant à côté de Yuna.

Vas-y à toi l’honneur Mina. Dit le beau brun en s’asseyant entre son frère et moi.

Ok. Dans un mois il y a un concoure de dessin et elle nous a choisi nous six pour représenter le collège.

Ah oui? Et quel est le thème ? Demande Luna en grignotant un maki au thon.

Il faut raconter une histoire mais sans faire de BD. Dit Antonio

Ce n'est pas claire ça fratello.

Il faut faire un grand dessin avec plusieurs styles dedans qui raconte une histoire. Je dis en regardant Marco.

 Eh bien c’est parfait ! S’exclame Emma ravie.

C'est juste pour nous ! Renchérit Luna en sortant son carnet. »

 

Après avoir mangé, nous nous mettons à parler du projet. Nous sommes tous les six d’accord : ce sera un jeune couple devant un mur tagué du collège avec les deux techniques de couleur, coloré et ombré, entourés d’elfes, et d’animaux comme les chats par exemple. Ils seront enlacés et heureux. Je les dessinerai façon manga en entier, le tag c’est l’affaire de Yuna, Antonio s’occupe du collège, Emma des elfes, Luna des animaux et Marco les redessinera sur le mur à côté du tag en portrait réaliste et on ne verra que le visage et le buste. Nous colorierons chacun notre partie. Notre paysagiste personnel fera également un beau coucher de soleil.

 

Nous sommes contents de cette idée. D’un coup, Emma arrête de sourire et regarde vers sa droite. Nous faisons de même et apercevons une fille que je n’ai encore jamais vue. Elle est brune aux yeux verts, cheveux longs et bouclés, peau bronzée mais pas besoin de s’y connaître pour deviner que c’est un bronzage obtenu grâce à une crème et un auto bronzage fait chez une esthéticienne, dents trop blanches pour être naturelles, corps de rêve, manucure récente, T-shirt moulant et arrivant au nombril, jean taille basse et slim laissant voir un début de string et talons aiguilles assortis à son sac à main qui est une imitation de Chanel … Bref une pétasse. Je vois les jumeaux lui tourner le dos. Elle est accompagnée par deux filles qui ont l’air d’avoir son Q.I d’huître, l’une bonde, l’autre ténébreuse. Elles ont toutes les trois le même sac de couleur noir et marchent en triangle, la pétasse étant devant bien sûre. Vu leur déhanché et leur difficulté à marcher sur leurs échasses, je les déteste déjà. Je vois mes trois amies les fusiller du regard.

 

Une fois arrivées à notre hauteur, je remarque qu’elles mâchent un chewing-gum (comme des pétasses, vous l’aurez compris) :

«  C’est toi la nouvelle ? Me demande la brune avec son ton de … Oui ! De pétasse !

Euh, oui pourquoi ?

Je vous l’avais dit qu’elle était française les filles.

Ouai … Pourtant elle a des traits asiatiques. Dit la blonde en tortillant une mèche autour de son doigt.

Cela pose un problème ? Je dis en me levant faisant face aux trois. Même sans talons je suis plus grande qu’elles.

Tu te calmes tout de suite ! Dit la ténébreuse qui s’avance vers moi.

Non, je n’ai pas envie. Tu n’as pas à me donner d’ordre !

 

 

Une ronde se fait autour de nous :

«  C’est ça ta copine Luna ? Ma pauvre, non seulement tu es moche, mais tu ne sais pas de faire d’amis en plus ! »

 

Luna se met à pleurer de rage. Ca c’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase. On ne s’attaque pas à mes amis, c’est la règle n°1 de mon règlement si l’on ne veut pas se prendre une technique d’arts martiaux dans la figure. Je lui donne une claque si forte que le bruit résonne dans toute la cours. La ténébreuse, énervée plus que jamais, pose son sac et s’attaque à mes cheveux, sauf que je pratique quatre arts martiaux depuis mon plus jeune âge et esquive l’attaque, donnant un coup de pied dans son cou, évidement pas fort, mais elle tombe parterre. Eh oui, les échasses ce n’est pas le mieux dans les attaques. Personne n’ose dire quelque chose, même Luna a arrêté de pleurer. «  Viens Lulu, on se casse ! » dit la blonde qui l’aide à se relever et suit la « chef » qui est déjà partie.

 

Tout le monde me regarde, abasourdi. Puis cinq secondes plus tard, on m’applaudit comme si j’avais sauvé la Terre. Je me rassois et donne un mouchoir à la rouquine qui a retrouvé le sourire :

«  Mais où as-tu appris ça ? Demande Yuna émerveillée.

    Je fais du kendo, judo, karaté et aïkido depuis mes 6 ans.

    Bon ben il va falloir être gentil avec toi alors. » Dit Emma en rigolant.

 

Nous rions un grand coup :

 

« Mais juste c’est qui ces trois pétasses ? Je demande. 

pétasse est l’adjectif qu’il faut ! Rit Marco.

C'est le trio des « L ». M’explique Luna.

La brune c’est Lilou, la blonde Lucie et la ténébreuse qui s’en ait pris plein la gueule Laurie.

Ah ! D’où trio des « L » …

Voilà. Avant c’était le quatuor. Luna était dedans. Continue Emma

C'est vrai Mais au début elles n’étaient pas comme ça. C’est quand leur comportement a changé que je suis partie. En tout cas merci de m’avoir défendue !

C  c'est normal. On ne touche pas à mes amis. Règle N°1 de mon règlement si on ne veut pas s’en prendre plein la gueule. 

    il y a combien de règles ?

T  trois.

    Dis nous tout.

    1: On ne touche pas à mes amis, 2 : On fou la paix à ma famille, 3 : On ne s’en prend pas à moi. 

    Ok, c’est noté. Répond Antonio, faisant le sourire qui me fait craquer. 

    Bon, j’ai une grande feuille blanche de dessin pour notre projet. Vous voulez que l’on commence quand ? Je demande pour changer de sujet, car je n’aime pas que l’on parle trop de moi.

     Maintenant ! S’exclame Emma déjà debout.

    OK ! »

 

Nous nous dirigeons  vers l’atelier, où l’on pourra faire notre dessin avec le matériel nécessaire. C’est partit ! Chacun a son crayon et fait ce qu’il a à faire. Quand la sonnerie retentit, je remets la feuille dans ma pochette et nous allons en cours. Nous avons déjà bien avancé.

 

Après les cours, je suis les jumeaux chez eux pour donner mon cours de dessin à Antonio. En marchant ils me posent pleins de questions auxquelles je suis obligée de répondre. J’apprends qu’Antonio est l’ainé, qu’ils ont vécu trois ans en France avant de s’installer au Japon il y a 5 ans et qu’ils habitent dans mon quartier. Leur maison n’est pas du tout de style japonais, mais italien : pelouse, fontaine, statues, grandes plantes, en entrant dans le jardin, nous nous retrouvons à Cagliari. Leurs parents ne sont pas rentrés, la maison est calme. Ils ont chacun une petite tortue, trop mignonnes que je n’hésite pas à caresser. Après avoir fait nos devoirs, je leur apprends à dessiner les mangas. D’abord, les yeux, puis le nez, la bouche et la forme du visage. Vient ensuite l’expression du visage, les cheveux avant d’attaquer la silhouette. Deux heures après, ils parviennent à dessiner un visage heureux, le plus facile, mais c’est un énorme progrès. Puis on inverse les rôles, c’est moi l’élève, apprenant les paysages et les jeux d’ombre. Je rentre chez moi en savant dessiner un coucher de soleil sur la mer et faire un jeu d’ombre sur des fruits. Très gros progrès. Le soir, dans ma chambre, je continue mon dessin, jouant avec les ombres comme Marco me l’a montré en écoutant « Theme » d’Ayabie. Mon portable vibre sur mon bureau ; c’est Camille, ma soit disant meilleure amie de France. Je mets ma chanson en pause et réponds à contre cœur :

«  Marie ! Comment vas-tu ?

    Coucou Camille ! Bien et toi ?

   Super ! Enfin tu me manques bien sûre mais j’ai un petit ami !  

E  Encore un ? (oui, Camille collectionne les mecs, ne restant jamais le même plus de trois jours, son record c’est une semaine et le type était vraiment patient avec elle.)

    Oui mais cette fois ça a l’air sérieux !

    Ah bon ? (c’est au moins la dixième fois qu’elle me le dit, résultat fini au bout de trois jours)

   Oui ! Il est génial ! Tu le verras sur facebook !

O Oui je verrai.

A  Alors ? Comment c’est le Japon ?

C   C’est pas mal. Je m’emmêle les pinceaux à l’écrit mais ça va. Et en France comment ça se passe ?

I   il y  a un trio de pétasse cette année … Je n’ai jamais vu des filles aussi stupides, une huitre est savante à côté d’elle.

    Pareil ici. Le trio « L ».

    Nous c’est le trio « I ». Et t’as trouvé un amour ? 

C  Cela ne fait que trois jours que je suis ici tu sais.

    Mais les japonais sont trop mignons !

    C’est vrai il y en a des pas mal.

   Bon désolé ma chérie, je dois te laisser, ma mère va me tuer sinon. Bisous ! A bientôt !

A bientôt ! bisous »

 

Je repose mon portable. C’est vrai qu’il y a huit heures de décalage quand même. Il est 02 : 00 du matin là-bas et ici 18 : 00 ! Elle avait vraiment envie de me parler apparemment.

Je remets ma musique et ferme ma bulle, jusqu’à l’arrivée de Sofie dans ma chambre, voulant me parler. Je ne sais pas si je vous l’ai dit, mais c’est moi la psy de la famille. Même mes parents me demandent conseil :

«  Je peux ?

    Oui. Alors qu’est-ce qu’il se passe ? Je demande en prenant mon cahier.

    Je suis amoureuse.

    Déjà ?

    Oui.

    Laisse moi deviner : Tu es trop timide.

    Voilà.

    Il est comment ?

    Trop mignon !

    Je reformule ma question : Décris le moi.  

   Châtain, yeux bleu océan, grand, musclé, bronzé, habits supers classes.

   Pas mal en effet. Quel âge ?

    Le mien.

    Bon point. Fac de médecine ?

   Oui, il est dans ma classe.

   Deuxième bon point. Et il a l’air intelligent.

   Oui, 16 de moyenne au concoure d’entrée.

    Presque autant que toi, c’est super ! (Elle a eu 17, c’est très fort.)

    Oui !

    Caractère ?

   Gentil, galant, pas du tout macho et con, drôle, un peu timide sur les bords.

   Merde.

   Quoi ?

    Aucun de vous deux ne ferez le premier pas à cause du mur de la timidité.

Je Je n’y avais pas pensé à ça.

    Hobbies ?

    Rugby, musique, lecture. 

L   Lecture ? Bon point commun. Genre de livre et musique ?

    Ca je ne sais pas par contre. Je l’ai vu lire « Le dieu des petits riens » mais c’est tout.

    Tu ne lui as jamais parlé j’imagine.

    Si, une fois, quand il m’a rentré dedans pendant que je lisais en marchant et lui aussi. On lisait ce livre. On a un peu rigolé et sommes allés en cours ensemble, depuis plus rien.

    Assis loin de l’autre ?

    Je suis derrière lui en diagonale. 

    Donc tu peux le regarder.

   Oui.

   Bon ben pour l’instant c’est pas mal. Son nom ?

    Joshua Curtis. Il est anglais et vient de Cambridge avant que ses parents qui exercent la même profession ne soient transférés ici. »

 

Je la regarde étonnée :

« Quoi ? Nous devons nous présenter devant tout le monde au début d’année. Elle me répond.

    Je n’ai rien dit.

    Tu me regardes bizarrement.

    Bon, si je le vois,  je te dirai.

I   Il n’habite pas très loin. Dans notre quartier, au 12 rue du Rosier.

    Ah d’accord. Je verrai en rentrant demain.

   D’accord. Merci ma psy préférée. Je te dois combiens ?

    Une heure, c’est 15€.   

    Ok. Ce qui est bien avec toi c’est que c’est efficace et deux fois moins cher que chez les autres.

   Mais je te fais un tarif famille. En France, notre voisine, Mme Louis c’était 30€.

    Ah d’accord je comprends. Bon je vais chercher l’argent je reviens.

    Ok ! »

 

 

Une fois Sofie sortit, je regarde sur facebook la nouvelle proie de Camille sur facebook. C’est vrai qu’il est mignon, mais il n’égalise pas les jumeaux. Puis je regarde Joshua Curtis et là, je confirme il est canon, mais les jumeaux restent N°1. Sofie revient, 15€ en main. Elle voit la photo et sourit :

«  Alors ? Verdict ?

T   Très canon, mais un peu vieux pour moi.

    On est d’accord il est magnifique. Et toi ? une proie ?

    Une proie peu être pas, mais je les trouve mignon. Surtout un.

    Comment ça ?

    Ce sont des jumeaux italiens qui ont été transférés ici. Ils sont dans ma classe et habitent 10 rue du rosier, voisin de ton Joshua.

    Wa ! Italien égal canon.

    Tu as raison. »

 

Je lui montre les deux italiens :

« - C’est clair qu’ils sont beaux. J’ai une petite préférence pour le brun.

    Moi aussi.

    On n’est pas sœurs pour rien !

    Je confirme ! »

 

Elle me dit bonne nuit, me fait un bisous, puis part se coucher. Je regarde la photo de mon préféré en écoutant « The Boys » des SNSD. Puis je me remets à dessiner. Vers 21 : 30, j’ai enfin fini. Ma mère me dit de me coucher. Pour une fois je ne veille pas, épuisée. Je me couche en écoutant ma musique.

 

06 : 30 … je tape sur mon réveil avec violence et m’enroule dans ma couverture. Mais c’est sans compter sur Léo, qui rentre dans ma chambre et me saute dessus :

« Yumi !! Lève toi !

    NON !

    Yumi… Ne m’oblige pas. 

    Mmhhh.

    Tu l’auras voulu ! »

 

Il enlève la couverture et se met à me chatouiller. Je suis la seule de la famille à être très chatouilleuse. Je lui lance mon coussin dans la figure, prends mes habits et m’enferme dans la salle de bain. C’est vendredi, ce soir j’ai judo et j’ai eu la mauvaise idée de le dire à Yuna, qui veut absolument venir avec toute la bande. Génial. Je me prépare et prépare mon sac de judo avant de rejoindre ma famille dans la cuisine. Je n’ai pas faim. Depuis quelque temps j’ai de grosses douleurs à l’estomac et des nausées, et pour me faire manger c’est l’enfer. Je n’ai jamais faim. J’ai des médicaments, mais ça ne passe toujours pas. D’après les médecins, ce serait dû au stress. S’ils veulent. Je bois mon verre de jus de fruit, mais ma mère me tend une tartine de beurre. Je refuse, mais elle me la mets presque dans la bouche, alors je mords dedans, puis me lève et parts avant qu’ils essayent de me faire manger autre chose. Mon sac est plus lourd qu’avant ; mon père a mis une pomme, je le savais. Je ne la mangerai pas je m’en fiche. Arrivée en cours, mes crampes reviennent. Je cours aux toilettes, vomis, puis éclate en sanglots ; j’en ai besoin. Un peu avant la sonnerie, je sors enfin, je mouille le visage, puis vais rejoindre les autres. Ils disent que je suis blanche, et me rappellent Sofie. Je leur dis que je vais bien et les suis en classe. A midi je mets mon bento au milieu comme d’habitude mais n’y touche pas. Je croise le regard triste d’Antonio, et baisse les yeux en rougissant. Je sors mon carnet et dessine. D’ailleurs, il faut que je leur montre le dessin que j’ai fait d’eux, mais j’hésite :

«  Alors ? Tu nous le montres ce dessin ? Demande Marco en reprenant un morceau de gingembre.

    Quel dessin ?? (Ils lisent dans mes pensées ou quoi ?) Je réponds en le regardant.

    Celui que tu as fait de nous.

    Aller s’il te plait !

    Bon ok… »

 

Je leur montre ce fameux dessin et leur silence me stresse un peu. Puis Luna parle enfin :

« C’est magnifique !

    Je confirme ! S’exclament les jumeaux en même temps.

    Super ! disent Emma et Yuna.

    Contente que ça vous plaise ! »

 

Je tourne quelques pages avant de tomber sur une blanche, puis je commence à gribouiller. Je ne sais pas encore ce que ça va donner on verra. Je ne l’avais pas remarqué avant que Yuna s’étouffe. Inquiète que je lui donne de l’eau. Une fois qu’elle a reprit son souffle, elle détourne son regard vers la fontaine qui se trouve au milieu de la cours. Nous l’imitons, et là c’est moi qui manque de m’étouffer en les voyant : le trio des « L »… (Suite dans un autre article)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Aisu Yumi - dans histoire
commenter cet article

commentaires

Présentation Yumi

  • : Asie toute en musique par Aisu Yumi
  • Asie toute en musique par Aisu Yumi
  • : Musique traditionnelle, k-pop, japonaise, chinoise, autres, groupe, chanteurs, chanteuses, nouveautés, petites biographie, dramas... Coutumes, photos, paysages... Il y aura de tout !
  • Contact

Profil

  • Aisu Yumi
  • Ohayo!
Je me nomme Aisu Yumi et depuis quelques temps je m'intéresse beaucoup à l'Asie, surtout Chine Japon et Corée du Sud. La musique aussi bien moderne que traditionnelle, les paysages, coutumes et arts me fascinent.
  • Ohayo! Je me nomme Aisu Yumi et depuis quelques temps je m'intéresse beaucoup à l'Asie, surtout Chine Japon et Corée du Sud. La musique aussi bien moderne que traditionnelle, les paysages, coutumes et arts me fascinent.

Texte Libre

Recherche

Catégories

Liens